Archives par mot-clé : résonance

the embouchure

The Musician Sound Through His Embouchure

The instrument of the woodwind player really appears to behave as his megaphone, thanks to his embouchure.

Get Your Mask Down !

Your mouth / mouthpiece / reed / ligature set defines your global embouchure : this configuration may vary between players, closely combining your morphology and the gear you use.

Your inner resonance propagates to the reed, which should easily vibrate, opposing a low resistance, hence a not too hard reed is recommended in order to be able to master the depth of the sound, shaped up at the bottom of the air column (Peter King had told me once how he had bee surprised to see that Cannonball Adderley was playing a really weak reed, when he substituted him in England in the 70’s).

This way, you define the best mouthpiece/reed combination for your sound control : this compromise depend on several factors, but you must know how to adjust it, mainly by selecting another reed, on your usual mouthpiece. And if you need a softer reed to ease out your playing, then you would be able to modulate your reed strength later on, bringing full balance and self-confidence : through your mentally visualizing that your emission remains centered on the sound source, you avoid unnecessary contractions above your diaphragm (which would be triggered by too hard a reed), following the recommendations of Alfred Tomatis in The Ear And The Voice.

deep throat

By focusing on the opening of his sound column backward and downward, the player forgets about his real trunk and his mouth, thus ensuring that his throat remains free of contractions.

« The objective for both the pharynx and the larynx is to keep the throat open and supple, avoiding closure by the constrictor muscles. The regulation of the pharynx under the organizing control of the ear consists of achieving what is famous in singing as the open throat with the help of the dilator muscles and the tongue.« 

Think Your Sound, But No Pressing

The wind player sets up his vibrating attitude by rooting his air column in his heels, and moreover pictures his embouchure at the sound source, down to the bottom of his diaphragm : then, letting the relaxation down, his inner vibration gently takes off from the root of the air column, to feed the instrument through this embouchure.

Dominique Hoppenot describes how the violon player lets his vibration propage to the violon body through his clavicle.

« The most important of all is to listen to the sound that will come and not just to the sound already achieved.« 

Once your posture is set up and stabilized, your instrument naturally gets seized by your hands (entering your mouth if you are a wind player), to amplify the sound prepared in advance ; then your flexible and relaxed embouchure, which you actually forget, since you are focussed on the air column bottom, comes into play : it links you, as the sender (the instrumentist’s body), to the amplifier (the instrument body). The projected sound gets now worked out by your fingers, and your tongue (if relevant).

« You should forget all about your embouchure positioning, and be sure not to press it.« 

« The goal is to be as relax as possible in the embouchure area, so that the delicate mechanisms at the reed can be free to occur without exerting a strain on its vibrational capacity. By the time the air stream reaches the mouthpiece, the major portion of the work for a personal sound has already been completed.« 

« When you let your mouthpiece come to your mouth, enjoyment also enters as an intruding momentum. The same way as when you take momentum to jump over an obstacle, boom ! there it goes, you are played by your instrument, so you should not play yourself, this is not a wordplay.

As little as your embouchure takes off, then you nail your mouthpiece pinch, without looking for it, playing means then sitting on the air, this is fantastic !« 

« Generally, I prefer closer mouthpieces, but I try to find the combination of the length of the facing and the tip opening so that I don’t have to press hard to play it, so that everything feels easy.« 


embouchure

Le son du musicien par son embouchure

L’instrument du musicien à vent devient littéralement son porte-voix par l’intermédiaire de son embouchure.

Bas le masque !

L’ensemble bouche/bec/anche/ligature constitue l’embouchure globale : cette configuration est variable d’un instrumentiste à l’autre, associant étroitement sa morphologie et le matériel utilisé.

La résonance intérieure du musicien excite l’anche, qui doit vibrer facilement, d’où le conseil d’utiliser une anche pas trop forte, afin de maîtriser la richesse du son formé à la base de la colonne d’air (Peter King m’avait raconté avoir été étonné de constater, lors d’un remplacement en Angleterre dans les années 70, que Cannonball Adderley jouait avec une anche faible).

Ainsi le musicien affine progressivement sa combinaison bec/anche pour contrôler le son : ce compromis peut varier selon de multiples facteurs, mais l’essentiel est de savoir l’ajuster, principalement en modifiant le choix de l’anche, avec son bec habituel. Et s’il faut recourir à une anche plus faible pour être à l’aise, on peut ensuite en moduler la force pour améliorer l’équilibre grain-timbre, et du même coup la confiance en soi : cela passe par la visualisation mentale de l’émission à la source du son, en évitant toute contraction perturbatrice au-dessus du diaphragme (notamment celle qui serait provoquée par une anche trop forte), comme le suggère Alfred Tomatis dans L’oreille et la voix.

gorge profonde

En se concentrant sur l’ouverture de la colonne du son vers l’arrière et le bas, l’instrumentiste oublie son tronc réel et son embouchure, garantissant ainsi l’absence de contractions au niveau de la gorge.

« Le but à rechercher en ce qui concerne le pharynx, tout comme pour le larynx, c’est d’éviter le serrage qui peut apparaître sous l’effet des muscles constricteurs. (…) Les muscles dilatateurs seront mis à contribution ainsi que la langue qui d’elle-même sera placée le plus antérieurement possible afin de ne pas diminuer le volume de la cavité. »

Penser le son sans pincer

L’instrumentiste à vent installe son attitude vibrante en laissant sa colonne d’air s’enraciner dans les talons, et imagine de surcroît son embouchure à la source du son, au fond du diaphragme : ensuite, en laissant descendre la relaxation, la vibration intérieure décolle doucement de la base de la colonne d’air pour alimenter l’instrument par l’embouchure.

Dominique Hoppenot démontre comment le violoniste laisse sa vibration se propager au corps du violon par l’intermédiaire de la clavicule.

« Le plus important de tout est d’écouter le son qui va venir et non pas seulement le son qui est déjà réalisé. »

Une fois sa posture installée, l’instrumentiste amène naturellement son instrument en mains (et en bouche pour un soufflant) pour amplifier le son préparé à l’avance ; alors entre en jeu l’embouchure, souple et décontractée, et même oubliée, car il est concentré sur la base de la colonne d’air : elle établit la liaison entre l’émetteur (le corps de l’instrumentiste) et l’amplificateur (le corps de l’instrument), dont la projection sonore est ensuite travaillée par les doigts, puis par la langue.

« Il ne faut pas se préoccuper du placement de l’embouchure, et surtout ne pas appuyer.« 

« Il faut viser la meilleure relaxation possible au niveau de l’embouchure, de façon à laisser se dérouler les effets vibratoires de l’anche, en évitant toute contrainte intempestive sur sa capacité de vibration. Au moment où l’air vibrant atteint le bec, l’essentiel du travail d’élaboration du son personnel est déjà accompli.« 

« Lorsque, par exemple, mon embouchure va arriver, c’est le plaisir, le plaisir c’est un élan. Quand on prend un élan pour franchir un obstacle, arrivé devant l’obstacle, emporté par l’élan, boum, ça y va, ça joue, il ne faut pas jouer, ÇA joue, et je ne joue pas sur les mots.

Pour un peu mon embouchure se décolle, et là, j’ai la pince, j’ai la vibration, sans la chercher, bien jouer veut dire être sur l’air, c’est fantastique ! »

« Je préfère en général les becs plutôt fermés, mais j’essaie de trouver la combinaison entre la longueur de table et l’ouverture qui me permette de jouer sans pincer fort, de sorte que la maîtrise du son en soit facilitée.« 


the sound source

The Musician Sound Flows From The Sound Source

Mastering your internal vibration progressively makes you localize its source more and more precisely.

Spreading Pleasure

You should internally visualize the source of your sound at the bottom center point of your diaphragm, down to your heels and even beneath : this is the Japanese Hara or the Chinese Tan Tsienn, representing the location of universal energy, or of your original breath. This inner process is unveiled in George Kochevitsky’s Art Of Piano Playing.

down to rooting

Concentrating on the source of vibration, you can imagine it is located as deep as possible in the ground. Then, you let the vibrating sound flow around, and do not try to push it outside so that it keeps its fullness while resonating in the instrument.

Avoiding any unnecessary stresses, the wind player, or the pianist as well, can imagine and picture his vibration spreading in the ground.

« { Grigori Kogan in his lectures and later (1958) in his small book U vrat masterslva (“At the Gates of Mastery“) put forward as psychological prerequisites of successfulpianistic work three basic principles :

(1) The ability to hear inwardly the musical composition which has to be realized on the instrument — to hear it extremely clearly as a whole, as well as exact in all its details.

(2) The most passionate and persistently intense desire to realize that glowing musical image.

(3) The full concentration of one’s whole being on his task in everyday practice as well as on the concert stage. }

The most thoughtful and advanced musicians (…) insisted that “the technical training from the ‘outside’ must be replaced by technical training from the ‘inside’. “

Grigori Kogan called this third main trend in the theory of piano playing the psychotechnical school.« 

 « Hugo Riemann (1849-1919) wrote :

It is impossible to develop velocity otherwise than through exercise of the telegraphic apparatus from brain to muscles. The process from within-outward cannot be replaced by anything.« 

From this point down, your back muscles extend the inhalation process towards exhalation, converging from the diaphragm to the transverse abdominus muscle, and the air column enters into vibration along its whole height, feeding the vocal cords, as Alfred Tomatis shows it in The Ear And The Voice.

Incidently, you might consider the various understandings of “the sound source“, all of which are relevant to our subject…

customizing your sound

The real singer or instrumentist lets his inner vibration take off from the bottom of his sound column, which he can visualize from his heels, thanks to his down-flowing relaxation extending his natural inhaling : he should then maintain this tension-free feeling located at his roots level, regardless to the pitch height, thereby ensuring an homogeneous vibration of his body radiating sound in space, over the whole tessiture of his intrument.

You can then understand your personal tone color.

« Because of this activation and the special ability of the skeleton to transmit sounds, the control adopted by the bony voice is direct, conserves energy and maintains the integrity of the full spectrum of sound.

This production has nothing in common with ordinary vocal emission, even if that emission sounds easy. This degree of control is difficult, if not impossible, when we use only air conduction. Bone filters for higher sounds at the expense of lows, making sounds that are particularly rich and dense.

(…) It is easy to see the advantages of an emission that is easily controlled and rich in high frequencies. It has a propensity to align the spine. This in turn facilitates emission, releasing progressively more energy. »

« If [the sound] is not going to come from the mouth or nose, where will it come from ? You make it with the whole body through the excitation of the spinal column and the contact between the larynx and the cervical vertebrae.

Bone conduction has a special timber, rich, heady and colorful. It has an ethereal quality and seems to come from outside the body. It literally awakens the environment with a smooth, vibrant and dense sonority. It carries with ease.

What is more, when you have it nailed, this sound can be quickly modulated over the entire vocal range without costing you any effort.« 

center yourself to better concentrate

From her side, Dominique Hoppenot shows us how your downward letting-go sets free your internal vibration control.

The player knows how to observe himself breathing lower and deeper in order to pick up his sound at its source, at the very end of his natural inhaling : to achieve this, he internalizes his feeling at the bottom-point of the diaphragm and lets it propagate down to his heels.

The relaxation flows down to the effortless vibration starting with full grain and fat : this is sound laying.

« As for a singer, the violinist sound comes from inside. Your job is actually to free your sound, the sound that you virtually have, that is to say your voice.

There is nothing to search elsewhere than inside yourself.« 

« (…) you can never escape the inner searching of your sound, the “deep dive“, as the only process able to reveal your sound asa demonstration of your “being“.« 

« You must understand your emission as if it freed a latent sound, already internalized, a sound which can somehow spread in space without the aid of the bow.« 

« You should know how to wait until the last second before landing smoothly. (…) When you start a sound, you must precisely know how to stop it in every imaginable way.« 

« (…) seating and concentrating in your Hara are meant to radiate as much energy as possible to give maximum musical power to your tactile ends.« 

« The virtual center of this process – which is the true breathing center – is thus in the middle of the belly, and not at all in the chest containing the lungs (which are nonetheless the real physiological location of the breathing function !…).« 

« Concentrating is primarily going back to the center of the body and settling there, instead of being played by divergent and opposing forces.

Hara, from Eastern people, and especially the Japanese, is the crucial point of our body. Located at the lumbosacral junction, it coincides with our center of gravity. Hara is not a specific organ that could be located anatomically, but it is the physical area where our strength is concentrated, where our stability is anchored.

Being positioned means to settle in one’s Hara, together with one’s center, as the concentrum point.« 

« Concentrate on your diaphragm : you can feel it abasing itself while inhaling and pressing down on your viscera, then flexibly raising back up while you expire. You should unveil this focal point of your breathing, but how can you locate it ? Just feel the precise point where the pressure generated by the lowering-down diaphragm converges.

(…) at about 5 cm under your ombilic and 7 to 10 cm inside your belly.« 

« You should feel and watch the point where inhaling becomes exhaling, realizing that you do not actually work your inhaling out. Visualizing this process is the whole point« 


source du son

Le son du musicien coule de source

Le contrôle de la vibration intérieure conduit progressivement à la localisation de plus en plus précise de sa source.

La jouissance diffuse

On visualise intérieurement la source du son en visant le fond du diaphragme, imaginé jusque dans les talons, et même plus bas : c’est le Hara des japonais, ou bien le Tan Tsienn des chinois, siège de l’énergie universelle, du souffle originel. Ce processus interne ciblé est exposé par George Kochevitsky dans The Art Of Piano Playing.

vers l’enracinement

En se concentrant sur la source de sa vibration interne, on l’imagine s’infiltrant dans le sol. Alors, on laisse le son se propager, sans essayer de le pousser vers l’extérieur, pour qu’il conserve sa plénitude en résonant dans l’instrument.

L’absence de toute contraction parasite permet donc au musicien à vent, aussi bien qu’au pianiste, de se représenter mentalement sa vibration se diffusant dans le sol.

« { Dans ses conférences et ultérieurement (1958),  Grigori Kogan énonça les préalables suivants à un bon travail pianistique :

(1) Savoir écouter intérieurement l’idée musicale qui va être concrétisée sur l’instrument – l’écouter très précisément dans sa globalité, ainsi que dans ses moindres détails.

(2) Désirer exprimer cette vibrante intention musicale avec passion et persévérance.

(3) Renouveler sa pleine concentration sur son discours musical aussi bien en travail quotidien qu’en situation de concert. }

Les musiciens les plus avancés et accomplis (…) insistent sur le fait que “l’exercice de la technique à partir de l’extérieur doit être remplacé par celui venant de l’intérieur“. Grigori Kogan intitula ce troisième courant de la théorie du jeu pianistique, l’école psychotechnique. »

« Hugo Riemann (1849-1919) écrivit :
“Il est impossible de développer sa vélocité autrement qu’en exerçant le système de transmission du cerveau vers les muscles. Ce processus interne orienté vers l’extérieur est irremplaçable.“
« 

À partir de ce point central où l’action des muscles du dos prolonge l’inspiration par l’expiration en convergeant vers le transverse de l’abdomen, la colonne d’air entre en vibration sur toute sa hauteur, en passant par les cordes vocales pour faire résonner tout le corps, comme le démontre Alfred Tomatis dans L’oreille et la voix.

la personnalisation du son

Le chanteur ou l’instrumentiste laisse sa vibration intérieure se déclencher au plus bas de la colonne du son, qu’il visualise mentalement au niveau des talons, grâce à sa relaxation descendante prolongeant l’inspiration naturelle : cette sensation exempte de tensions doit être ensuite conservée au niveau des racines, garantissant ainsi l’homogénéité de la vibration du corps sur toute la tessiture.

On peut parler alors de la couleur personnelle du son.

« (…) cette mise en activité de la structure osseuse change entièrement le contrôle de l’émission. Tout d’abord, il faut dire que cette dernière n’a rien de commun avec ce que l’on produit d’ordinaire pour peu que l’on “pousse“. Précisons ensuite que, grâce à cet “allumage“ et à la particulière transmissibilité des sons par le squelette, le contrôle adopte la voie osseuse, directe, sans perte d’énergie, sans altération du spectre sonore alors même qu’il est difficile et, comme on l’a vu, rendu impossible par conduction aérienne.

(…) On voit ainsi combien est avantageuse cette émission aisément contrôlée et riche en fréquences élevées. Il en découle une propension à la verticalité. Cette dernière facilite elle-même l’émission et provoque, on le sait maintenant, une énergétisation toujours plus efficiente. »

« Alors d’où vient le son, s’il ne peut sortir ni de la bouche ni du nez ? Il émane en fait essentiellement de tout le corps par l’excitation de la colonne vertébrale grâce au larynx qui appuie sur les vertèbres cervicales. (…) Le son émis donne ainsi l’impression de sortir en arrière dans la direction d’un public qui nous écouterait tandis que nous lui tournerions le dos.

Dès lors, le son prend un timbre spécial, très dense, coloré, aérien. Bon de qualité, vibrant, lumineux, léger, emplissant l’espace de manière éthérée, il semble extérieur au corps. Ce son est pour le moins surprenant de prime abord. Il éveille littéralement l’environnement par une sonorité veloutée et dense. Il se propage avec aisance. Celui qui l’écoute a du mal à le localiser. Il a l’impression que ce son met en résonance toute la pièce dans laquelle il est produit.

De plus, une telle émission peut être modulée très rapidement sur deux ou trois octaves sans qu’elle coûte d’efforts à celui qui l’émet.

C’est cela le son osseux. »

le recentrage pour la concentration

De son côté, Dominique Hoppenot montre comment le lâcher-prise vers le bas libère le contrôle de la vibration interne.

L’instrumentiste sait observer sa respiration inférieure pour capter le son à sa source, à la toute fin de son inspiration naturelle : pour ce faire, il intériorise cette sensation au fond du diaphragme et la laisse se propager jusque dans les talons.

La relaxation descend ainsi jusqu’à la mise en vibration sans effort, avec du grain et du gras : c’est la pose du son.

« Comme pour un chanteur, le son du violoniste lui vient de l’intérieur. Notre travail consiste en fait à libérer notre son, le son que nous possédons virtuellement, c’est-à-dire notre voix. Il n’y a rien à quêter ailleurs qu’en nous-mêmes.« 

« (…) on ne peut jamais se dispenser de la recherche intérieure de la sonorité, de la “plongée au fond “, seule capable de faire du son une manifestation de “l’être“.« 

« Il faut concevoir son émission comme si elle libérait une conception sonore latente, déjà intériorisée, un son pouvant en quelque sorte se propager dans l’espace sans le secours de l’archet.« 

« II faut savoir attendre jusqu’au dernier moment avant de se poser en souplesse. (…) Un son qui commence doit savoir s’arrêter avec précision et de toutes les façons imaginables.« 

« (…) l’assise et la concentration dans le Hara ont pour but de faire rayonner le plus possible d’énergie afin de donner aux extrémités tactiles un pouvoir musical maximum.« 

« Le centre virtuel de ce mouvement – qui est le véritable centre de la respiration – se trouve donc au milieu du ventre, et pas du tout dans la poitrine où se trouvent les poumons (qui n’en sont pas moins le lieu réel de la fonction respiratoire !…).« 

« Se concentrer, c’est avant tout revenir au centre du corps et s’y établir, au lieu d’être le jeu de forces divergentes et contradictoires.

Le Hara dont parlent les orientaux, et surtout les japonais, est le point crucial de notre corps. Situé à la charnière lombo-sacrée, il coïncide avec le centre de gravité. Le Hara n’est pas un organe précis que l’on pourrait situer anatomiquement, il est le lieu physique où se concentre notre force, où se fonde notre stabilité.

Être placé, c’est être dans son Hara, avec son centre, concentrum. »

« Concentrez votre attention sur votre diaphragme : vous le sentez descendre sur l’inspiration, faisant pression sur les viscères, et remonter souplement sur l’expiration. Ce foyer de notre souffle, c’est lui qu’il faut découvrir, mais comment le situer ? Il suffit de sentir l’endroit précis où converge la pression engendrée par l’abaissement du diaphragme.

(…) à environ 5 cm sous l’ombilic et 7 à 10 cm à l’intérieur du ventre.« 

« Lorsqu’on a découvert ce centre, il faut y maintenir, bien localisé, le poids de notre corps.« 

« Il faut regarder l’emplacement sur lequel l’inspiration se transforme en expiration, prendre conscience de l’inspiration, qu’on ne fait pas. Tout est dans la vision.« 


the sound column

The Musician Sound Grows Up His Sound Column

The musician’s inner vibration is the raw material of his artistic expression, which eventually comes out from his instrument.

Like Standing For The Ovation

The inner vibration of the windplayer expands in his air column, then gets amplified by his instrument, through his vocal cords and his embouchure.

« You should always internalize yourself, this way, stretching the sound out is appropriate, but doing so, just focus on the sound only, and keep your vertical standing up, together with your body opening.« 

« When you sing, your body does open up, and it should always behave this way, we name it “sitting on the air“.« 

« The idea is that the movements of the vocal cords be utilized for the artistic purposes of shaping a sound. »

from the air column to the sound column

You can live through this slender inner space – rather named “column of sound“ by Alfred Tomatis in The Ear And The Voice – by relaxing your abdomen muscles, focussing on your natural breathing process : that makes you forget about your embouchure while enhancing your verticality and the deep rooting of the air column, like a tree trunk which would be embodied by your lower limbs.

When focusing on relaxation flowing down your rear back, starting from the end of your natural (and non-forced) inhaling, your air column – or better, your sound column – must be felt as deep as possible, in order to reach its stable position, as though you were sitting on the radiating vibration, which then excites another column, a physical one this time, your cervical/vertebral spine.

« In correct emission, the larynx is lined up against the cervical spine which, excited by the vibrations transmitted to the larynx by the vocal cords, starts to sing of its own accord.

Under these circumstances, the larynx is excited exactly as the strings of a violin. It is the strings that vibrate and the violin that sings. When the posture of the singer is well aligned, his larynx excites the vertebral column just as if it were that little piece of wood inside the violin that is called the “soul“ of the violin. Its purpose is to carry sound from the anterior plate to the posterior plate.  We want to make a column of sound, resonant over and under the glottis, not a column of air, as myth would have it.« 

« (…) But it is one thing to talk about a column of air with all the ideas that are usually associated to it : the push, the pressure, tension on the cords, etc.., but a column of sound is something altogether different.

The latter implies relaxation, a measured and tranquil expenditure, being on the lookout for tension, to reduce effort, to avoid pressure.« 

strings and body and soul

The same process operates with a violin player, who plays his instrument ideally merged with his body : Dominique Hoppenot outlines this resonance-amplification sequence in Le violon intérieur.

Once installed, the air column is ready to “play“ the violinist’s body, as soon as the bow vibrates the string : this vibration gets enriched by the resonance of the violinist’s body, thanks to its transmission through the clavicle, then is amplified by the violin body.

« Thanks to its internal architecture, your body will cease to be an obstacle, behaving then as a true sounding board and as an amplifier of your faithful musical emotions, in the same way as for singers.« 

« Such as your voice, your sound is the absolute musical support, the wire that carries the music and inspires emotion. Hence, it is as compelling to “position“ your sound as it is to position your voice.« 

« To vibrate, it is necessary (…) at first to start from the idea of sound, not from the obsession of gesture. You should not vibrate to produce a “vibrato“ but to vibrate the sound through a deeply “felt“ pulsation. The good vibrato, able to convey your emotion, therefore picks up your natural vibration and amplifies it at your will.« 

« The singers and wind players know for sure that they cannot get a decent sound emission without their breathing being positioned, without their famous “air column“.

They also know that they can neither phrase music, nor actually play it without knowing how to play their breathing with ease.« 


colonne de son

Le son du musicien et la colonne de son

La vibration intérieure du musicien est la matière première de son expression artistique, qui s’extériorise finalement par son instrument.

La colonne à la une

La résonance interne de l’instrumentiste à vent se développe dans sa colonne d’air,  puis est amplifiée par l’instrument, par l’intermédiaire des cordes vocales et de l’embouchure.

« Il faut toujours s’intérioriser, c’est pour ça que le son filé est très bien, mais seulement en laissant filer le son, et toujours avoir cette verticalité, cette ouverture du corps. »

« Quand on chante, le corps s’ouvre, s’ouvre, s’ouvre, et il faut toujours que ça soit comme ça, cela s’appelle “être sur l’air“. »

« The idea is that the movements of the vocal cords be utilized for the artistic purposes of shaping a sound. »

de la colonne d’air à la colonne de son

On éprouve cette colonne d’air – plutôt la colonne de son, caractérisée par Alfred Tomatis dans L’oreille et la voix – en relâchant les muscles de l’abdomen tout en observant sa propre respiration : ce faisant, on oublie son embouchure grâce à la sensation de verticalité et d’enracinement de la vibration, à la manière d’un tronc d’arbre qui serait matérialisé par les membres inférieurs.

Lorsqu’on se concentre sur la relaxation descendant vers l’arrière du dos à la fin de l’inspiration naturelle (non forcée), on creuse la colonne d’air – ou mieux, la colonne de son – pour trouver sa position stable, comme si on se retrouvait assis sur la vibration naissante, qui va ensuite faire résonner une autre colonne, physique celle-là, la cervicale / vertébrale.

« (…) lors d’une émission correcte, le larynx s’accole à la partie antérieure de la colonne cervicale. Cette dernière, excitée du fait des vibrations transmises au larynx par les cordes vocales, se met à chanter, et à chanter pour son propre compte.

En effet, le larynx, en la circonstance, joue le rôle d’excitateur tout comme le font les cordes d’un violon. C’est la corde qui vibre et le violon qui chante. La colonne impose dès lors sa présence en introduisant sa résonance spécifique liée à sa structure osseuse. Il convient donc de réaliser une “colonne de son“, de son résonantiel sus- et sous-glottique, et non une colonne d’air comme le veut la légende. »

« (…) une chose est de parler essentiellement de colonne d’air avec tout l’ensemble d’a priori qui l’accompagnent : la poussée, la pression, le jeu des tensions des cordes, le serrage, etc… et une autre chose est de parler de la colonne de son qui implique un état de détente, un débit tranquille et mesuré, une vigilance permanente afin d’éviter les tensions, de réduire les pressions. »

cordes et corps et âme

Le même processus est à l’œuvre pour un violoniste, qui joue de son instrument idéalement fusionné avec son corps : Dominique Hoppenot démontre cet enchaînement résonance – amplification dans Le violon intérieur.

Une fois installée, la colonne d’air est prête à “jouer“ du corps du violoniste, dès que l’archet met la corde en vibration : cette vibration est alors enrichie par la résonance du corps du violoniste, grâce à sa transmission par la clavicule, puis amplifiée par la caisse du violon.

« Grâce à son architecture interne, le corps, cessant d’être un obstacle, jouera  alors comme chez les chanteurs le rôle d’une véritable caisse de résonance, d’un fidèle amplificateur de nos émotions musicales. »

« Comme la voix, le son est le support musical absolu, le fil qui véhicule la musique et fait naître l’émotion. La nécessité de “placer“ le son est donc aussi impérative que celle de placer la voix. »

« Pour vibrer, il faut (…) partir en priorité de l’idée du son et non de l’obsession du geste. On ne vibre pas pour produire un “vibrato“ mais pour mettre le son en vibration par une impulsion profondément “sentie“. Le bon vibrato, capable de transmettre l’émotion, part donc de la vibration naturelle du son pour l’amplifier à volonté. »

« Les chanteurs et instrumentistes à vent savent bien que sans une respiration placée, sans leur fameuse “colonne d’air“, il n’est pas pour eux d’émission sonore convenable. Ils savent aussi que, faute de savoir jouer avec aisance de leur respiration, il ne peuvent ni phraser, ni faire de la musique. »


the posture

The Musician Sound And His Posture

The musician’s posture aims at easing his body and his instrument to merge together.

Your Body Gets In Line For Vibration

Visualize your roots and imagine them plunging into the ground, from the trunk of this virtual tree, represented by your air column – actually, your sound column. Here you are, straightened up (during your natural inhaling, your sound column gets aligned with your heels, making your pelvis slightly tilt to its equilibrium position), then let the central relaxation slide down to the ground, ending with your air column starting to vibrate thanks to your abdomen transverse muscle.

your voice widened by your posture

Alfred Tomatis highlights this body preparation in The Ear And The Voice.

« You sing through your body. Singing is one of the most efficient ways to shape our body.« 

« (…) Before a sound is emitted, a primer should be fully elaborated, bringing its awareness of the “shaping“ of the body so that it can thereby acquire the postural pattern that suits it to become the instrument of singing.« 

« (…) a clearly-defined body image, specific to the singing act, must be ingested into you. It implies that a mental attitude be psychologically organized, that in turn drives a posture, which itself responds to a physiological complex function capable of resonating to vocal stimulation.« 

By linking natural inhalation to the letting-go from the diaphragm down to the ground, the sound column gets unleashed down to the roots of the virtual trunk of this imagined tree : its verticality fosters the optimal resonance of the singer’s or instrumentist’s body.

« We know that the vestibule processes the stimulation of every muscle in the body and sends the information to regulate upright posture, mobility and body movements.

« Impulses toward erect posture, muscle tone and movement create responses in the form of  information and stimulation emanating from the muscles, tendons, joints and even from the bones. This enormous excitation alone accounts for the increased tone that leads to movement, good balance and good posture.

« The listening posture requires that the spinal column be well aligned and standing tall along its vertical axis following its natural curves.« 

« When you are able to control while maintaining your listening posture, your body literally stretches up, aiming at a rather unusual verticality. (…) From this point, your pelvis begins to tilt forward while you stand and show a tendency to slightly bend the knees (…)« 

« Your sacrum seems to settle such as you feel to sit comfortably on your own pelvis. (…) Your lower ribs are spaced at maximum, your diaphragm finds its greatest extension, and its amplitude range will thus be facilitated, your abdominal muscles will be stretched without excess, synergistically acting together with the diaphragm. You need not bend these muscles.« 

« (…) thanks to the posture of listening and self-listening, and thanks to the global posture, the body will follow in order to deliver all proprioceptive sensations that govern verticality (…)« 

Your Body Blends Into Your Instrument

Transverse_FRYou feel like sitting on the sound source, in your Hara which drives your posture (as Marie-Christine Mathieu shows it), and at this time only, your instrument comes into play, amplifying the vibrating sound. Then, as you are stalled on the belt-shaped transverse abdominus muscle surrounding this center point, you end up forgetting all about the upper part of your body (above the diaphragm).

« The problems affecting most saxophonists are often self-inflicted. By that, I mean unnecessary bodily tensions accumulate over time and become habitualized. This results in the player’s inability to relax enough to find a physically comfortable and aesthetically pleasing tone. »

your posture facing the piano

If you are a standing-up player, your playing position should embody your actual rooting, making your vertical sound column deeply flow into the ground. In order to assess this verticality, you may picture yourself as being seated on your pelvis, centered on your sound source : so downward-packed, locked on your heels and forgetting about the upper part of your body, your vibration easily takes off.

Such an attitude is also relevant to the piano player, who can picture his virtual verticality down to his heels, while being physically sitting on his stool, delving his feet into the ground.

in his Art Of Piano PlayingGeorge Kochevitsky shows how the arms should be forgotten to free the player technique.

« (…) two other ideas occupied the representatives of the anatomic-physiological school : weight playing and relaxation (…)« 

« { In 1905, Rudolf Maria Breithaupt (1873-1945) published Die Natürliche Klaviertechnik. } Breithaupt, a fervent proponent of this idea, proclaimed that the most important principle of technique was a loose and heavy arm (…) In the third edition of the same book he wrote that the ultimate ideal of artistic performance is predominance of the spirit over the body, liberation from the material, the overcoming of the pull of gravity : only a fine sense of balance is left from the latter… It goes without saying that in the cases of greatest speed the weight seems almost eliminated.« 

the freed up violin

The musician’s inner vibration is transmitted to the instrument-amplifier from his body posture through the pianist’s fingers, through the embouchure of the woodwind player, through the lips of the trumpet player, through the clavicle (not embarrassed by a cushion which inhibits the vibration) of the violinist : this transmitter link must be as little constrained as possible, to free the optimal resonance of the instrument. Dominique Hoppenot uses these words about the balance fundamentals :

« It is a pity to spend a life of toil and research ignoring that all difficulties with the sound, the disjointed hand, vibrato, hopped, staccato, etc… are nearing resolution as soon as the perfect balance of the body is achieved.« 

« What matters is the overall balance of the body, the general feeling experienced within your body, and not an isolated gesture or detail, observed from the outside.« 

« When the momentum and the opposition forces are fully developed, there can be no tightening and no exaggerated support, no more than voluntary effort to hold the instrument.« 

Then your head and limbs should freely move :

« No motion of your head should go and pick up the violin as if it were an object outside the body ; it does come to your body without changing your posture for all that.« 

« The purpose of consciously non-holding the instrument is to totally free the sensitivity of your fingers, which you feel as talking and “telling“ the music directly out of our mouth.« 

« (…) you must always understand that every action involves your whole body, through its static as well as dynamic behavior.« 

Your actual trunk becomes insensitive (without any move of your shoulders or of your thorax), and although you feel downward-packed, you get aware of your complementary zones, contributing to the sound production : – your head, merged with the embouchure which is ideally visualized at the lowest level, down to your heels ; – your upper limbs, ending and merging with the instrument itself ; – your abdomen, like sucked up by the sound source (Hara), – your lower limbs, becoming your actual roots, spreading the sound through the ground and space.

« Our whole energy actually arises from our center of gravity : it is located at the level of the third lumbar vertebra, area that eastern people call “Hara”.« 

« It is essential that the supporting muscles – especially those located in your back – fully play their part, freeing your arms ends from overload, providing them with the necessary independence and lightness and giving to your arms a flexibility unknown before.« 

« (…) such a freedom is available only when technical problems are mastered, when you develop a full confidence in the result, and especially when the musical flow spreads through your body, without finding any obstacle by any constraint or unwanted tension.« 

« For the artist, relaxation is an absolute necessity. »

Rooting Starts From The Pelvis

Going back to the woodwind player, his embouchure should be flexible enough so that the internal vibration fully propagates to the reed, while his instrument remains well-balanced on his well-grounded body.

« Focus your mind on your back muscles working, while your air flows ; you will get your balance and keep your verticality, thanks to the action of these muscles.« 

« Your head and your body merge together. Your feet push the ground, following your inhaling.« 

« The balance of the standing body builds up from the pelvis, not from the lower limbs.« 


posture

Le son du musicien et la posture

La posture du musicien vise à favoriser la fusion de son corps et de son instrument.

Le corps s’aligne pour la vibration

En visualisant ses racines, on les imagine plongeant dans le sol, à partir de cet arbre virtuel représenté par la colonne d’air : on est planté là, bien stabilisé (durant l’inspiration, la colonne d’air s’aligne avec les talons, et le bassin bascule naturellement vers sa position d’équilibre), puis la relaxation centrale descend jusque dans le sol, et la colonne d’air se met à vibrer grâce au muscle transverse de l’abdomen.

la voix ouverte par la posture

Alfred Tomatis montre la nécessité de cette préparation du corps, dans L’oreille et la voix.

« On chante avec son corps. »

« (…) avant même qu’un son soit émis, il existe tout un apprêt, et un apprêt conscient de la “mise en forme“ du corps afin que celui-ci puisse par là même acquérir le schéma postural qui lui convient pour devenir l’instrument du chant. »

« (…) il faut que s’immisce en soi une image corporelle bien définie, spécifique de l’acte chanté. Elle implique que soit organisée psychologiquement une attitude mentale qui infléchit à son tour une posture, laquelle répond elle-même à un complexe physiologique fonctionnel capable de résonner aux accents vocaux. »

En enchaînant l’inspiration naturelle avec le lâcher-prise du diaphragme vers le sol, on dégage la colonne de son jusqu’aux racines du tronc virtuel imaginé : sa verticalité assure la résonance optimale du corps du chanteur ou de l’instrumentiste.

« Il s’institue (…) au niveau du vestibule {de l’oreille} puis globalement, un circuit de contrôle complexe, certes, mais qui met tout le corps en aptitude d’énergétisation, en même temps qu’il lui accorde la statique et surtout la verticalité et la perfection des mouvements. »

« (…) la posture d’écoute appelle une verticalité bien affirmée de la colonne vertébrale. »

« Lorsqu’on est en mesure de se contrôler tout en conservant la posture d’écoute, le corps s’allonge littéralement à la recherche d’une verticalité souvent inhabituelle. (…) Dès lors, le bassin se prend à basculer en avant tandis que le sujet debout a une certaine tendance à fléchir légèrement les genoux (…) »

« Le sacrum semble prendre sa posture telle que le sujet a l’impression d’être confortablement assis sur son propre bassin. (…) les côtes basses sont écartées au maximum, le diaphragme trouve sa plus grande extension, et son jeu d’amplitude en sera ainsi facilité, la musculature abdominale sera tendue sans excès, jouant synergiquement de concert avec le diaphragme. Point n’est besoin de bander cette musculature. »

« (…) grâce à la posture d’écoute et d’auto-écoute, et grâce à la posture corporelle, le corps obéira afin de délivrer toutes les sensations proprioceptives qui président à la verticalité (…) »

Le corps se fond dans l’instrument

Transverse_FROn éprouve alors la sensation d’être assis sur la source du son, dans son Hara qui oriente la posture (comme le montre Marie-Christine Mathieu), et à cet instant seulement entre en jeu l’instrument-amplificateur. Ainsi, bien calé sur la ceinture du transverse de l’abdomen autour de ce point central, on oublie le haut de son corps, au-dessus du diaphragme.

« The problems affecting most saxophonists are often self-inflicted. By that, I mean unnecessary bodily tensions accumulate over time and become habitualized. This results in the player’s inability to relax enough to find a physically comfortable and aesthetically pleasing tone. »

la posture vers le piano

Pour un musicien jouant debout, la position de jeu résulte de l’ancrage sur ses racines, par lesquelles la colonne de son plonge profondément dans le sol. Afin d’assurer cette verticalité, il s’imagine assis sur son bassin, centré sur la source du son : ainsi ramassé vers le bas, calé sur ses talons, et faisant abstraction de la partie supérieure de son corps, sa vibration interne décolle.

Cette attitude s’applique également au pianiste, qui éprouve cette verticalité virtuelle lui aussi jusque dans les talons, en étant réellement assis sur son siège, plongeant ses pieds dans le sol.

Dans son ouvrage The Art Of Piano PlayingGeorge Kochevitsky montre comment l’effacement des bras libère la technique du pianiste.

« (…) deux autres idées étaient mises en avant par les représentants de l’école anatomico-physiologique : le jeu des membres pesants et la relaxation (…) »

« {En 1905, Rudolf Maria Breithaupt (1873-1945) publia Die Natürliche Klaviertechnik. } Breithaupt, fervent défenseur de cette idée, proclamait que l’élément le plus important de la technique était d’avoir le bras relâché et pesant (…) Dans la troisième édition de son ouvrage, il écrit que le but ultime de la performance artistique est “la prédominance de l’esprit sur le corps, la libération de la matière, l’affranchissement de la gravité : seule une légère sensation d’équilibre doit subsister de celle-ci…Il va sans dire que dans le cas des mouvements les plus rapides, le poids des membres semble quasiment annihilé.« 

le violon libéré

La vibration intérieure est transmise à l’instrument-amplificateur par les doigts du pianiste, par l’embouchure du saxophoniste ou du clarinettiste, par les lèvres du trompettiste, par la clavicule du violoniste (non gênée par le coussin-interrupteur de la vibration) :  ce maillon transmetteur (doigts, lèvres, clavicule)  doit être le moins contraint possible afin de libérer la résonance optimale de l’instrument.

Dominique Hoppenot parle ainsi du fondement de l’équilibre :

« C’est un vestige d’obscurantisme que de passer une vie de labeur et de recherches en ignorant que toutes les difficultés posées par la sonorité, les démanchés, le vibrato, le sautillé, le staccato, etc… sont pratiquement résolus quand l’équilibre parfait du corps est réalisé. »

« Ce qui compte, c’est l’équilibre global du corps, c’est la sensation générale vécue à l’intérieur et non pas un geste ou un détail isolés, observés de l’extérieur. »

« Lorsque le dynamisme et l’opposition des forces sont parfaitement réalisés, il ne peut y avoir de serrages et d’appuis exagérés, pas plus que d’effort volontaire pour retenir l’instrument. »

Puis, la tête et les membres doivent évoluer librement :

« Aucun mouvement de la tête ne doit aller chercher le violon comme s’il était un objet extérieur au corps ; c’est lui qui vient au corps sans pour autant changer notre position. »

« Le but de la non-tenue des instruments est de libérer totalement la sensibilité de nos doigts qui nous donnent alors l’impression de sortir directement de notre bouche pour parler et “dire“ la musique. »

« (…) il ne faut jamais perdre de vue que chaque geste met en jeu la totalité du corps, dans son aspect statique aussi bien que dynamique. »

Le tronc devient transparent (sans aucun mouvement des épaules ni du thorax), et, tassé vers le sol, on prend conscience du rôle de chaque zone de son corps dans la production du son :
– la tête, fondue dans l’embouchure perçue idéalement le plus bas possible,  jusque dans les talons ;
– les membres supérieurs, se terminant dans l’instrument ;
– l’abdomen, aspiré par la source du son (le Hara) ;
– les membres inférieurs, transformés en racines propageant le son dans le sol et dans l’espace.

« C’est de notre centre de gravité, situé au niveau de la troisième vertèbre lombaire, région que les orientaux nomment le “hara“, que surgit toute notre énergie. »

« Il est indispensable que les muscles de soutien – en particulier ceux du dos – jouent leur rôle, libérant ainsi les extrémités de toute surcharge, leur donnant l’indépendance et la légèreté nécessaire et conférant aux bras une souplesse jusqu’alors inconnue. »

« (…) cette liberté est uniquement réalisable lorsque les problèmes techniques sont dominés, lorsque la confiance dans le résultat est totale, et surtout lorsque le corps laisse passer le flux musical, sans y faire obstacle par la moindre tension ou crispation superflue. »

« La décontraction pour l’artiste est une nécessité absolue. »

L’enracinement part du bassin

Pour revenir aux instrumentistes des bois, leur embouchure doit être assez souple pour que leur vibration interne se propage pleinement à travers l’anche, leur instrument restant en équilibre sur leur corps bien planté.

« Axer son esprit, pendant tout le temps que se déroulera le souffle, sur le travail des muscles du dos ; grâce au travail de ces muscles, vous aurez votre équilibre et vous « resterez vertical ».« 

« La tête et le corps ne font qu’un. Pousser le sol avec les pieds à la suite d’une inspiration.« 

« L’équilibre du corps debout se construit au niveau du bassin, et non des membres inférieurs.« 


the instrument

The Musician Sound And His Instrument

The quality of your sound is ensured if your musician body and your instrument literally operate on the same wave length.

Merging Your Instrument With Your Body

The musical instrument, whether it uses wind, strings or skins, acts as an amplifier of the musician’s voice directly driven by his inner vibration : to take advantage of this amplifier’s acoustics, the player aims at stimulating its resonance, and at merging with the vibration inside his body.

« Your body is your real instrument. »

« The horn is like a megaphone which amplifies the sound wave set up by the vocal cords and reed vibration. Air, even air lying still in the horn itself, becomes sound. »

The Whole Body Sings

As Alfred Tomatis describes it in The Ear And The Voice, the musician must make his body sing, hence vibrate, in order to feed his instrument and so that it sounds, again and again, and resonates.

your voice is your first instrument

Thanks to relaxation flowing down to your heels, you visualize your embouchure at the bottom of the sound column : it is revealed, at the very end of inhalation, as gently landing on the source of vibration, generating your inner sound which then spreads around, being amplified by your instrument.

« For a singer, virtuosity means neurological control of those parts of the body specialized in singing, as if it were a musical instrument. (…) Having learned to merge himself with his instrument, the great virtuoso can then become totally objective at will.« 

« It is futile to try to sing if this self-image is not integrated through a singing instrument, a vocal instrument. (Adapted by Guy Robert)« 

« A well-defined body image specific to the act of singing implies a well-organized mental attitude and finely tuned alignment, which will allow the entire body to resonate during singing.« 

Your Body Makes Your Instrument Sound

Speaking of windplayers, their sound obviously builds up from their vibrating air column, as Phil Woods tells us about his saxophone sound, during a Master Class at New York University :

« You find the center of that horn for your physionomy : the node, what makes it vibrate, you know, and when you find it, it’s there. »

the violin extends the body

The sound vibration remains at the core of playing any type of instrument, as Dominique Hoppenot shows it in her Inner Violin / Le violon intérieur.

From this point of view, you may devise the violin <=> saxophone analogy : the bow <=> air column excites the string <=> reed, the vibration of which is then amplified by the violin body <=> sax tube.

« (…) the violin player should feel the violin and the bow as an extension of his own body : they both appear as outgrown from him to the point where you expand your body scheme up to the instrument boundaries.« 

« The violin and the bow then behave as revealers of your body sound and not as instruments creating music from scratch.« 

« Virtuosity is enhanced by the absolute invariance of the violin against the body, of the bow extending the arm.« 

« Your efforts are motivated by your expected improvement, which is not brought as a systematic reward from each practice session. It requires some period of time to mature and may come out when unexpected. »

Your Instrument In Your Head

As a music player, you should devote the necessary time to physically and mentally assimilate this process, aiming at unifying your instrument with your body.

« Many years of solitary introspection lead me to analyze and to understand the unconscious operations of our body, when we vibrate an instrument.« 

Then, the sound to come should be mentally anticipated and devised by the windplayer, before he takes and brings his instrument to his mouth :

« (…) you should be aware of everything which must be achieved before playing a sound : here is the real work. To achieve this : refrain from holding the instrument in your hands.« 

the piano mind

Concentrating on proprioceptive images drives your internal vibration to your instrument, giving life to your musical ideas over your natural breathing as if you would sing them : then your instrument amplifies and projects them around.

As soon as your instrument seems forgotten, since you are relaxing yourself on your sound center (the location of which is felt from your appropriate body preparation), you feel as if you were directly plugged to your musical speech : you do not pay attention to the so-called technical problems, and become the actual master of your instrument. To really enjoy it, you should play soft and full tones in order to better drive the sound emission.

The full sensation of your sound requires some progression, beginning with a slow, soft and precise pattern : such a practicing indeed gives time to your vibrating sound to deploy and settle in your voice, enhancing your sensations flow from your belly bottom down to your heels. Then, keeping your sound source located as low as possible, makes you hold your optimal and fat vibration longer and longer. This way, you physically understand how your musical thought can drive your instrument.

In his Art Of Piano Playing, George Kochevitsky describes this easiness sensation as resulting from the mental control on the playing apparatus, showing how your musical idea drives your instrument playing.

« { Steinhausen on the psychic origin of technique : in 1905, several months after the appearance of Rudolf Maria Breithaupt‘s Die Natürliche Klaviertechnik, Dr. Friedrich Adolph Steinhausen’s Die Physiologische Fehler und Umgestaltung der Klaviertechnik (“The Physiological Misconceptions andReorganization of Piano Technique“) was published. }

Beginning practice starts with too much expenditure of force. The elimination of too much muscle action is the real basis for developing agility.« 

« While the mind is dominating and determining this goal, the whole arm is “the animated tool“, but always, only the tool.« 

« { Ferruccio Busoni (1866-1924) was the first to emphasize consistently the importance of mental factors in the pianist’s practical work. He presented his ideas in his edition of the Bach Well-Tempered Clavichord (1894). }

Busoni suggests that, until the musical meaning becomes clear, one should not touch the instrument. Because the demands of the keyboard tend to force one to forget about musical meaning, mental practicing away from the instrument plays an important part in the preparatory work.« 

« 1/3 – When a stimulus creates excitation, the result is a discharge of impulses. Inhibition suppresses superfluous (or even harmful) excitation. The restraining, coordinating and protective role of inhibition is of utmost importance in the integrative activity of the central nervous system (…)

2/3 – Slow and extremely even playing is indispensable, not only for obtaining clear proprioceptive sensations but for strengthening the inhibitory process.

3/3 – For strengthening the inhibitory process, I recommend practicing pianissimo, extremely evenly, in slow as well as in faster tempos. The student should also be able to regulate both sudden and gradual increase or decrease in volume in any section of the composition and in any conceivable tempo. The ability to do this, plus the ability to slow down and to stop at any given moment, is the best proof of proper balance between excitatory and inhibitory processes.« 

« When a pianist realizes a given musical idea, the tonal image, the auditory stimulation (conditional stimulus), must always precede the motor reaction (unconditional stimulus), in performance as well as in practicing.« 

« The musical incentive has to be a signal provoking the motor activity. Otherwise the latter, the technique, can easily become an end in itself.« 

« Each time an intricate passage is repeated, its execution demands a new adaptation, and so acquiring technique appears as adjustment. Repetition, instead of dull drilling, now becomes a trial solution, a trial always rationally prepared.« 

« During one practice period, several conscious well-prepared repetitions of a troublesome spot in a piece can be sufficient. When we repeat that spot too many times, our attention is weakened and consequently distracted : unconscious repetition would probably obliterate the positive results we had achieved.« 

« (…) the increase of tempo while studying a musical composition should proceed gradually, and this increase must often alternate with slow and very careful playing. The ability to play evenly and the ability to slow down at any point in a passage serve as criteria of precise and sufficient inhibition. (…) Deep legato practicing is extremely useful for strengthening weak nervous processes.« 

« { Josef Hofmann (1876-1957) }

““The full acoustic picture of the music must be lodged in the mind, before it can be expressed through the hands.“ Then the “playing“ is simply the manual expression of something a pianist knows.« 

Sax And Clarinet Aligned With Your Body

More precisely, when the woodwind player lets his clarinet vibrate, after having stabilized his sound on the saxophone, he gets a better mastery from this approach, with respect to the somewhat different tension of the sound, considering the air column should develop the same way in a well centered and verticalized manner, in order to obtain the much sought-after playing ease. 

Eddie Daniels explains with his words how he gets carried away by his clarinet :

« The clarinet disappears, and I disappear and all you hear is music. (…) It’s playing so great that I forget there is a clarinet. »

« The  clarinet is leading me. (…) Sometimes the clarinet is playing me ; sometimes I think I’m playing the clarinet : that’s when it’s wrong ! When you think you’re playing the clarinet, already there’s too much separation between you and the clarinet, and then it’s not really happening (…) so when it’s just the music. »


instrument

Le son du musicien et l’instrument

La qualité du son émis est assurée si le corps du musicien et son instrument sont littéralement sur la même longueur d’onde.

L’union du corps et de l’instrument

L’instrument, qu’il soit à vent, à cordes, à peaux, remplit pleinement son rôle en amplifiant la voix du musicien, expression directe de sa vibration intérieure : pour tirer parti de l’acoustique de cet amplificateur, l’instrumentiste vise à en stimuler la résonance, à partir de la vibration interne de son corps.

« Le véritable instrument est le corps.« 

« The horn is like a megaphone which amplifies the sound wave set up by the vocal cords and reed vibration. Air, even air lying still in the horn itself, becomes sound. »

Le corps chante

Ainsi que l’explique Alfred Tomatis dans L’oreille et la voix, le corps du musicien doit chanter, c’est-à-dire vibrer, pour alimenter son instrument et le faire sonner, re-sonner et résonner.

la voix est le premier instrument

En suivant la relaxation se déroulant jusqu’aux talons, on visualise son embouchure à la base de la colonne du son : grâce à cette image, elle vient, en fin d’inspiration, capter sans à-coup la source de la vibration, celle du chant intérieur, qui se propage alors en étant amplifié par l’instrument.

« N’est-il pas vrai que c’est la structure nerveuse qui façonne le corps et que tout instrument musical en est le prolongement dans le but bien défini de former une seule et même entité ? Ainsi le corps et l’instrument ne font qu’un. Dès lors, il y a fusion entre la musique elle-même et l’instrument par le truchement du système nerveux. Ce dernier opère réellement comme un unificateur dynamique. »

« (…) il est vain de prétendre chanter si cette image de soi n’est pas intégrée au travers d’un instrument chantant, d’un instrument vocal. »

« (…) toute une conception nouvelle s’installe, au travers de laquelle le corps devient l’instrument dont on doit jouer pour chanter. »

Le corps fait résonner l’instrument

Dans le cas des instrumentistes à vent, le son vient évidemment de la vibration de la colonne d’air, et Phil Woods parle ainsi de la résonance de son saxophone, lors d’une Master Class à New York University

« You find the center of that horn for your physionomy : the node, what makes it vibrate, you know, and when you find it, it’s there. »

le violon prolonge le corps

La résonance est centrale aussi dans tout autre instrument, comme pour le violon intérieur de Dominique Hoppenot.

Sous cet éclairage, on repère les termes de l’analogie violon <=> saxophone : l’archet <=> la colonne d’air excite la corde <=> l’anche, dont la vibration est ensuite amplifiée par la caisse du violon <=> le tube du saxophone.

« (…) le violoniste doit vivre le violon et l’archet comme une extension de son propre corps : l’un comme l’autre sont une excroissance de nous-mêmes au point que nous devons étendre notre schéma corporel jusqu’aux limites de l’instrument. »

« Violon et archet sont alors les révélateurs sonores du corps et non des instruments créant ex nihilo la musique. »

« C’est l’invariance absolue du violon sur le corps, de l’archet dans le prolongement du bras, qui favorise la virtuosité. »

« Le progrès, motivation essentielle de ses efforts, n’est pas une rémunération systématique perçue après chaque séance de travail. Il demande un certain temps de maturation et se manifeste parfois quand on ne l’attend plus. »

La tête dans l’instrument

La maîtrise de ce processus requiert le temps nécessaire à son assimilation physique et mentale, visant à unifier l’instrument et le corps du musicien :

« Des années de recherche solitaire m’ont conduit à analyser et à comprendre le travail inconscient de notre corps, lorsque nous faisons vibrer un instrument. »

Et le son à venir doit être mentalement anticipé et préparé par le musicien à vent, avant qu’il prenne et mette en bouche son instrument :

« (…) prendre conscience de tout ce qui doit se faire avant d’en venir à émettre un son : voilà le vrai travail. Pour cela : éviter d’avoir l’instrument dans  les mains. »

le mental du piano

En se concentrant sur ses images proprioceptives, on laisse sa vibration interne se propager librement jusqu’à l’instrument, en laissant filer ses idées musicales sur sa respiration naturelle, comme si on les chantait : l’instrument est là pour les amplifier et les projeter.

Dès qu’on oublie l’instrument (puisqu’on est relaxé sur la source du son, localisée consciemment par la bonne préparation de son corps), on est en prise directe avec son discours musical : on ne se préoccupe plus des prétendues difficultés techniques, et on éprouve la maîtrise de son instrument. La jouissance arrive alors avec l’émission contrôlée d’un son très doux et plein.

Afin de ressentir intégralement cette expression sonore, il est préférable de décliner progressivement ses motifs musicaux en commençant pianissimo : alors, le son vibrant a le temps de se déployer et de se stabiliser, propageant les sensations depuis le bas du ventre vers les talons. Ensuite, le maintien aussi bas que possible de la source sonore permet d’alimenter cette vibration “grasse“ de plus en plus longtemps. C’est ainsi que l’on comprend physiquement comment la pensée musicale pilote son instrument.

Dans son ouvrage The Art Of Piano Playing, George Kochevitsky décrit cette sensation d’aisance comme le résultat du contrôle mental sur le moyen d’expression (i.e. le corps du musicien), montrant comment l’idée musicale pilote le jeu sur l’instrument.

« { Steinhausen sur l’origine psychique de la technique : en 1905, plusieurs mois après la parution du livre de Rudolf Maria Breithaupt, Die Natürliche Klaviertechnik, fut publié l’ouvrage du Dr Friedrich Adolph Steinhausen Die Physiologische Fehler und Umgestaltung der Klaviertechnik (“Erreurs physiologiques et réorganisation de la technique pianistique“). }

On dépense souvent un effort physique excessif en démarrant une séance de travail instrumental. L’élimination des actions musculaires superflues est la véritable base de progrès dans l’agilité du geste. »

« Tandis que l’intellect pilote l’objectif à atteindre, l’ensemble du bras constitue “l’outil du geste“, et seulement l’outil.« 

« { Ferruccio Busoni (1866-1924) fut le premier à insister sur l’importance du rôle mental dans l’exercice pianistique. Il présenta ses idées dans Le Clavier Bien Tempéré De Bach (1894). }

Busoni suggère de ne pas toucher à l’instrument tant que le message musical n’est pas clair. Comme les exigences du clavier poussent le pianiste à oublier ce message, l’exercice par l’intellect sans l’instrument  prend toute sa place dans le travail préparatoire. »

« 1/3 – La stimulation de l’excitation provoque une décharge impulsive. Alors que l’inhibition annule l’excitation superflue (ou même douloureuse). Ce rôle réducteur, liant et protecteur de l’inhibition revêt une importance primordiale dans l’activité intégratrice du système nerveux central (…).

2/3 – Jouer de son instrument doucement et de façon la plus égale possible est indispensable, non seulement pour obtenir des sensations proprioceptives précises, mais aussi afin de renforcer le processus d’inhibition.

3/3 – Pour renforcer ce processus d’inhibition, je recommande de travailler l’instrument pianissimo, de façon très uniforme, dans des tempos lents et rapides également. En outre, le musicien doit savoir contrôler à tout moment les variations de volume et de tempo aussi bien subites que progressives. Cette capacité, en plus de la possibilité de ralentir et de s’arrêter à la demande, s’avère la meilleure preuve du bon équilibre entre les processus excitateur et inhibiteur. »

« Lorsqu’un pianiste concrétise une idée musicale, l’image sonore et la stimulation auditive (le stimulus conditionnel) doivent toujours précéder la réaction motrice (le stimulus inconditionnel), aussi bien en situation de concert qu’en travail de répétition.« 

« L’incitation musicale doit être le signal déclencheur de l’activité motrice. Sans cela, la technique peut prendre le pas et devenir une fin en soi.« 

« Chaque répétition d’un passage délicat exige une nouvelle adaptation, et le développement de la technique apparaît ainsi comme un ajustement constant. Répéter, plutôt qu’un bête annonement, aboutit effectivement à un véritable test, une vérification préparée rationnellement.« 

« Pendant une séance de travail, il peut être suffisant de ne répéter que quelques fois un passage difficile, à condition qu’il soit consciemment et soigneusement préparé. Si ce passage est joué à de trop nombreuses reprises, l’attention faiblit et se disperse : une répétition inattentive pourrait annuler les bienfaits obtenus par le travail précédent.« 

« (…) l’accélération du tempo en cours d’exercice musical doit s’appliquer progressivement, et alterner avec des passages joués lentement et très attentivement. La capacité de jouer de façon égale et celle de ralentir à tout moment apparaissent comme des critères d’inhibition précise et suffisante. (…) La pratique de longues liaisons legato est aussi de nature à renforcer les processus nerveux peu affirmés.« 

« { Josef Hofmann (1876-1957) }

“L’image sonore de la musique à venir doit se développer mentalement avant de s’exprimer par les mains.“ Alors, le “jeu “ ne devient que l’expression par ses mains de l’idée du pianiste.« 

Sax et clarinette au corps

Pour revenir aux instruments à vent, lorsqu’on fait vibrer la clarinette, après avoir stabilisé sa sonorité au saxophone, cette approche donne du recul par rapport à la tension différente de la matière sonore : finalement, on doit être centré et verticalisé dans sa colonne d’air de la même façon pour les deux instruments, afin d’obtenir l’aisance recherchée.

Eddie Daniels explique à sa manière comment il se fait emporter par sa clarinette :

« The clarinet disappears, and I disappear and all you hear is music. (…) It’s playing so great that I forget there is a clarinet. »

« The  clarinet is leading me. (…) Sometimes the clarinet is playing me; sometimes I think I’m playing the clarinet : that’s when it’s wrong ! When you think you’re playing the clarinet, already there’s too much separation between you and the clarinet, and then it’s not really happening (…) so when it’s just the music. »