formation de Pacific Four

D’où vient Pacific Four ?

Pour Guy Robert, la Californie / West Coast représente

– une période des années 70 où il a terminé ses études scientifiques à San Francisco – Berkeley et où il a gravé ses premières traces musicales à la clarinette avec ses compères américains de Jazzmen Tea (Jazz traditionnel & Swing) ;

– un style de Jazz des années 50 qu’il aborde quelques années plus tard au sax alto dans divers pupitres de saxophones, en quintet de saxes et dans des Big Bands à partir de l’école de Jazz du CIM, en compagnie notamment de Gilles Miton : Gilles est un baryton recherché dans ces contextes, on l’a vu récemment avec Les Vieilles Canailles…

Frédéric Loiseau a connu la West Coast à sa manière dans les années 70-80 en guitare supérieure au « Guitar Institute of Technology »  de Los Angeles, avant d’enrichir de nombreuses formations du Jazz français avec son jeu raffiné, notamment le Pee Bee Orchestra.

Philippe Monge, de son côté, passe de flûtiste de haut niveau à contrebassiste tout terrain, muni d’une licence de psychologie et sous l’égide notamment de Marc Buronfosse, un pilier de L’Happy Jazz de Saint-Maur-des-Fossés, où il officie de temps en temps dans des soirées où Guy Robert joue aussi régulièrement.

Leur goût pour les sonorités équilibrées et pour la sobriété harmonique a réuni ces quatre musiciens dans Pacific Four, qui assemble les voix des saxes avec les cordes de la guitare et la contrebasse, dans ce programme qui combine réminiscence et hommage, entre autres, :

– au fameux quartet sans piano, autour des deux voix de Gerry Mulligan et de Chet Baker ou Bob Brookmeyer ;

–  au dialogue bien senti de « Phil & Quill », les deux formidables saxes alto Phil Woods et Gene Quill.

Ces formations ont marqué le Jazz des années 50-60, du Jazz Cool au Bebop, d’où le répertoire “From West Coast to East Coast”.


 

Scroll Up