embouchure vue du violon intérieur

Le musicien installe son attitude vibrante en laissant sa colonne d’air s’enraciner dans les talons, et l’instrumentiste à vent imagine de surcroît son embouchure à la source du son, au fond du diaphragme : ensuite, en laissant descendre la relaxation, la vibration intérieure décolle doucement de la base de la colonne d’air pour alimenter l’instrument par cette embouchure, ou par la clavicule pour le violoniste.


Le plus important de tout est d’écouter le son qui va venir et non pas seulement le son qui est déjà réalisé.


Dominique Hoppenot, Le violon intérieur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*